top of page

Peindre pour guérir

Dernière mise à jour : 15 févr. 2023

J'aimerais commencer avec la prémisse que mon but ici n'est pas de me victimiser, mais il demeure que je me dois de vous raconter mon histoire avec le plus de transparence possible afin d'en venir au dénouement. Alors, voici comment l'art a en quelque sorte, sauvé ma vie...


Je ne vais jamais oublier l'an 2017-2018. Ce fût des années très sombres pour moi et ma santé mentale a gravement été affectée par les circonstances externes de la vie dont deux décès de mes proches, une fausse-couche, mais aussi par une série de mauvaises décisions, notamment dans mes relations amoureuses et des idées d'envergures non-calculées qui m'ont valu une entente au consommateur.


À la suite de ces épreuves de vie, les mois passèrent et 2019 arriva. Mon état lui, se voyait détérioré dans le temps. J'avais encore un gros nuage noir sur ma tête. Mon médecin m'annonça que j'étais en dépression et la prescription d'anti-dépresseur suivi.


Malgré mes efforts à améliorer mon sort, la négativité s'était emparée de moi et je me retrouvais dans un tourbillon sans fin. J'étais en train de m'éloigner de tous mes proches et de rompre certaines relations qui me demandaient trop mentalement à entretenir.


Bref, je me retrouvais dans un gouffre et je ne savais pas comment m'en sortir. Les anti-dépresseurs n'aidaient pas réellement, ma confidente (ma grand-maman Ghislaine) n'était plus de ce monde, je n'avais pas assez financièrement pour aller me chercher de l'aide psychologique et je ne demandais pas d'aide à mes amies ou ma famille par peur de jugement. Je ne vais pas vous le cacher, j'ai eu plus d'une fois des pensées sombres et me lever le matin était une corvée à chaque fois.


Retour dans le temps… Nous sommes maintenant le 11 novembre 2019 et je suis effondrée sur mon sofa en pleurs, seule, perdue et c'est à ce moment précis que j'ai réalisé que si je voulais me sortir de ma situation, il fallait que je combatte mes pensées noires. Et quoi de mieux pour contrer la négativité? L'amour.


J'ai décidé que j'allais apprendre à m'aimer et surtout, faire ce que j'aime.


Je me suis rappelé mon rêve de petite fille: celui de devenir une artiste. C'est alors qu’au lieu de me focusser sur mes pensées et m'apitoyer sur mon sort, j'ai commencé à écouter mon enfant intérieur et explorer ma créativité.


J'avais de vieux canevas et de la peinture cachée dans un placard, j'ai décidé d'oser les sortir, mettre de la musique et me laisser aller.


Je n'étais pas du tout équipé, alors mes mains étaient mes pinceaux et ma table de chevet mon chevalet.


Tout ce voyage créatif, en phase avec moi-même, a été la meilleure thérapie pour guérir mes blessures.

Je ne pourrais vous expliquer combien l'art est thérapeutique pour moi. Aussitôt que je m'y mets, mes pensées cessent et il n'y a que moi et mon canevas. À travers les mouvements fluides que je crée sur la toile, mes émotions s'y estompent. Je me vois parfois danser et le plus magnifique, c'est quand je me regarde et que je constate l'étincelle dans mes yeux.


Je suis convaincue que nous sommes tous et toutes une source de créativité! Ne vous ressentez-vous pas revivre quand vous essayez quelque chose de nouveau? quand vous voyagez? quand vous exprimez vos idées et vos aspirations?


Sous toutes ses formes, la créativité est selon moi nécessaire à la guérison de chacun. Que ce soit par la méditation, la musique, les sports, l'art, le design, l'écriture, la photographie, votre style vestimentaire.


Nous avons tous et toutes un pouvoir créateur. La plus grande preuve réside dans le pouvoir de donner la vie.


J'écris ses lignes et je raconte mon histoire dans le but d'inspirer le plus de gens possible à réveiller leur créativité. Je vous invite à votre tour, à faire le premier pas vers votre guérison en pratiquant ce qui vous fait du bien.

Merci de votre lecture,

Jessica Lemieux

Alias l'artiste qui se cache derrière les œuvres signées SKEYES 👁‍











51 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page